Evénements passés

Open Lab #5 | mardi 08 mai 2018

OpenLab5-ecran

TALKS

PUBLISHING AS POLITICAL ACT

Penelope Umbrico, artiste
http://www.penelopeumbrico.net

Penelope Umbrico is an artist living and working in Brooklyn, NY. Her photo-based installations, video, and digital media works explore the ever-increasing production and consumption of images on the Internet. Utilizing photo-sharing and consumer websites as an expansive archive, she navigates between producer and consumer, local and global, and the individual and the collective, with attention to the technologies that produce (and are produced by) these forces.

Umbrico has exhibited widely, both nationally and internationally, including in exhibitions at MoMA PS1, NY ; Museum of Modern Art, NY ; MassMoCA, MA ; San Francisco Museum of Modern Art, CA ; Le Mois de la Photo à Montréal Photo Festival, Canada ; Alt. +1000 Festival de Photographie, Rossinière, Switzerland ; Lodz, Poland ; and Foto Colectania, Barcelona, Spain, among many others.

Téléchargez ici le pdf de l’événement


Open Lab #4 | 12.04.18 | 19:00

OpenLab4-newsletter

TALKS

PUBLICATIONS & MUSÉES : LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DU LOCLE

Sara Terrier, conservatrice adjointe du MBAL
http://www.mbal.ch

Catalogue d’exposition ou consacré aux collections, monographie, publication scientifique, etc. Les musées ont de tout temps eu un lien étroit avec l’imprimé, que ce soit à des fins de valorisation de recherches, d’un artiste ou la diffusion de connaissances.

Le MBAL n’échappe pas à la règle. Institution portée par la double ambition d’offrir une programmation à la fois pointue et audacieuse, elle propose depuis 2016 une série d’interviews d’artistes invités à exposer au musée.

DEUX ÂNES ET QUELQUES ALGORITHMES

Clément Lambelet, artiste
http://www.c-lambelet.com

Nous ne voyons plus les images — les images aujourd’hui nous regardent. Elles ne se contentent plus de représenter le monde, mais prennent une part de plus en plus active dans notre vie, de la surveillance gouvernementale aux réseaux sociaux. Il s’agira d’exposer des contre-pratiques à ce nouveau monde visuel — du détournement d’algorithmes à l’utilisation de méthodes scientifiques — afin de pouvoir questionner et critiquer ce pouvoir invisible qui nous encercle, un pixel après l’autre.

Téléchargez ici le pdf de l’événement


Open Lab #3 | 06.03.18

 

 

TALKS

EXPÉRIMENTATIONS THERMIQUES

Guillaume Zwaan, graphiste, www.guillaumezwaan.ch, @erreur313

Graphiste attaché aux recherches liées à la matière, Guillaume Zwaan étudie le rôle de l’imprimé dans le processus créatif en valorisant la diversité des techniques manuelles. De ce questionnement est apparu l’envie d’expérimenter avec le papier thermique. À l’intersection des frontières techniques et théoriques du travail de Guillaume, ce matériau qui ne nécessite pas d’encre évoque la possibilité de produire à volonté. Surtout, en se l’appropriant dans une démarche non conformée par son utilisation industrielle, le naturel des visuels générés par les réactions organiques d’un papier réagissant à la chaleur devient un support idéal pour amplifier le geste du dessin ou d’une composition. Il permet alors de valoriser l’erreur, et d’assimiler l’incertitude comme un aboutissement.

TECHNIQUE ET ALIÉNATION : DÉPASSER MARX AVEC SIMONDON

Simon Arthaud Monseu, poète et philosophe, synergiemonadique.be

La notion d’aliénation est liée à la pensée marxienne. Elle renvoie à une dépossession des moyens de production. Les prolétaires seraient aliénés du fait qu’ils ne possèdent pas les outils ni les machines qu’ils manipulent au travail. Et si le schème de l’aliénation était plutôt un certain rapport de l’esprit à l’objet technique ? La méconnaissance des processus techniques internes aux dispositifs utilisés entraîne un rapport d’étrangeté, à soi comme au monde. La définition que propose Gilbert Simondon permet de mieux voir que ce ne sont pas seulement les ouvriers qui la subissent, mais aussi bien les patrons, que leurs préoccupations capitalistiques rendent aveugles aux riches potentialités des machines qu’ils exploitent.

Télécharger le pdf de l’événement ici.


Open Lab #2 | 06.02.2018

 

 

TALKS

LE LIVRE COMME SCÈNE
Cassandre Poirier-Simon, designer d’histoires numériques
http://www.mythn.ch

Un livre papier, avec sa couverture, sa reliure et ses pages, est un système d’organisation de l’information. Le livre numérique est, lui, inscrit dans une logique de flux, de partage. Contexte de réception, rythme de lecture, position de lecteur et mise en scène des éléments de l’oeuvre, tout cela jouera sur sa réception et son interprétation par le lecteur. Un livre est un système, il a ses métaphores structurelles. L’animal-boustrophédon. Le rouleau-papyrus. L’arbre-hypertexte. Et si le livre était un labyrinthe ? Un tunnel ? Une chambre ? Une grotte ? Une ville, une vallée ? Un boa, un ascenseur, un TGV, une nappe, un oreiller ? Comment le narrateur peut-il concevoir la scène de son récit ?

 

 

WIKI2EPUB
Juan Gomez, designer et chercheur
http://www.juangomez.co

Some have tried to print Wikipedia. Other have tried to decode its impact on collective knowledge. But how about doing an ePub from Wikipedia? This talk will give insights on it means to be part of a project with the Wikimedia Foundation and the variety of people that one can encounter in the biggest attempt to do a collaborative writing open-source project.

Juan Gomez is currently doing his Master in Media Design and has previously worked at the PublishinbLab (NL) and is currently a researcher for Civic City (CH).

 

 

Télécharger le pdf de l’événement ici.

 


Open Lab 1

07.11.2017

 

Publicités